14 mars 2011

Soupçon

1. Opinion désavantageuse à l'égard d'une personne.

2. Quantité très faible, presque nulle.

Etre à la fois une opinion négative et une faible quantité. Voilà la richesse de ce mot qui selon le contexte peut donc sonner comme un reproche ou être la mesure de quelque chose de si petit qu'il en devient presque invisible.

Quand il revêt sa première définition, il implique la méfiance, le doute, il soulève des questions dont on a rarement les réponses... il enrage & torture celui chez qui il s'est insidueusement installé... s'empare du monopole de ses pensées à grand bruit... Il introduit entre deux personnes un je-ne-sais-quoi d'irréparable, sauf si l'une parvient à prouver sa bonne foi à l'autre... Mais devoir prouver, c'est devoir se justifier, c'est devoir s'expliquer... C'est devoir chercher de quoi convaincre, et ce genre de quêtes ardues peut laisser une amertume à jamais installée... même encore bien après que les soupçons aient été dissipés...

De l'autre côté de ses sens, quand il n'est qu'un instrument de mesure infiniment petit, il est emprunt d'une douceur que seul lui peut décrire parfaitement... Un soupçon de charme... Un soupçon de tendresse... Littéralement, cela voudrait dire "une quantité très faible, presque nulle, de charme/de tendresse"... Mais est-ce comme ça que vous le vivez, vous ? Moi, je vois beaucoup, beaucoup, beaucoup plus de charme dans ce soupçon que dans n'importe quelle autre façon de le dire... Et même quand il accompagne quelque chose de plus sombre, comme... la timidité par exemple... ou l'angoisse... même dans ces moments-là, il est capable d'adoucir & de rendre presque excitant : un soupçon de timidité, n'est-ce pas adorable, touchant ? Un soupçon d'angoisse, n'est-ce pas source de frissons, d'adrénaline ?

La magie de la langue française se trouve quelque part dans la définition du soupçon. Quand elle sait conjuguer le bruyant & l'inaudible, le sournois & le mignon, le dur & le doux, elle devient la plus belle langue du monde... & comme cela arrive plutôt souvent, j'en tombe souvent amoureuse... encore & encore...

Posté par spice_iz à 21:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur Soupçon

    excellentissime
    c'est vrai que voilà le genre de truc incroyable que la langue française propose : donner des sens complètement différents, voir même antagonistes, à un même mot ! c'est excellent
    effectivement avoir des soupçons, devenir soupçonneux, soupçonner quelqu'un... c'est plutôt négatif... ça nous rend fragile, ça nous met à la merci de l'autre... on doute, on s'inquiète...ça nous intrigue, nous taraude... bref, rien de bien folichon !
    en même temps pour moi le soupçon dans l'autre sens que tu abordes, ça ne me parait pas plus avantageux lol
    avoir un soupçon de charme, pour moi, c'est n'en avoir pas... enfin c'est juste la limite entre le pathétiquement pas charmant et le "mais il est gentil" !
    voilà comment MOI, je le vis en tout cas !
    pour moi le soupçon d'une qualité, morale, ou physique, relève de l'ordre de l'hypocrisie sociale comme quand on dit "malvoyant" pour "aveugle" ou "sans domicile fixe" pour un clochard...
    bisous doux
    je vais faire dodo lol

    Posté par Eric, 15 mars 2011 à 02:11 | | Répondre
  • Un soupçon de charme... Mais euh naaaaaaan c'est pas péjoratif !
    C'est un euphémisme... c'est juste trognon quoi... non mais oh ! lol

    Posté par Iz, 04 avril 2011 à 00:18 | | Répondre
Nouveau commentaire